Collège Jean-Jaurès à Saint-Vit (25) / Retour d’expérience


Tout est parti de la rencontre, voici trois ans, avec deux enseignantes indiennes accueillies au collège Jean-Jaurès de Saint-Vit lors d’une journée de découverte du système éducatif français organisée par le centre de linguistique appliquée à Besançon. Ce fut la première prise de contact.

Le projet pédagogique

Il s’ensuivit un projet d’échanges entre leurs classes respectives autour de thématiques culturelles ; sous une forme virtuelle, via la messagerie électronique et surtout Skype, logiciel sécurisé permettant de communiquer à distance (plus de 6000 km les séparent !) en utilisant la vidéo et le son. "C’est impressionnant de se retrouver à quelques milliers de kilomètres en quelques secondes, en classe avec nos amis Indiens de Dehli", écrivaient des élèves sur le site internet du collège.

Les collégiens ont eu de réelles conversations. Ils préparaient les thèmes en classe d’anglais, écrivaient des résumés dans les deux langues, et communiquaient sur le site internet du collège "afin que tous ceux qui le souhaitent puissent savoir ce que nous avons appris grâce à la technologie et aux idées des professeurs qui ont mis ce cours international en place".

Le rythme des connexions hebdomadaires aidant, les professeurs et les élèves ont appris à se connaître, donnant de part et d’autre une réelle envie d’aller au-delà. Se rencontrer !

Une première rencontre a eu lieu en France, avec la visite de leurs correspondants indiens. Puis les collégiens Saint-Vitois, ont, à leur tour, fait le voyage dans la capitale indienne, en Asie.

PNGLa préparation de leur séjour s’est construite dans le cadre des programmes scolaires, des connaissances et des compétences du socle commun. Un projet dit "Tandems solidaires" soutenu par le Conseil général du Doubs a servi d’appui à l’éducation au développement durable et solidaire des élèves, favorisant leur approche des différences culturelles, de l’égalité des chances filles/garçons, du rôle des enfants et de la femme en Inde.

Les 21 élèves participant à ce voyage ont été ceux qui s’étaient engagés dans le projet Skype (alors que le voyage n’était pas projeté). Ils étaient de tout niveau scolaire et de toute condition sociale. L’investissement des professeurs, des enfants, de leurs parents, a permis de rendre le voyage accessible à tous, y compris aux élèves boursiers. Un principe premier d’égalité et d’hétérogénéité inscrit dans le projet d’établissement. De même, l’ambition du collège Jean-Jaurès de Saint-Vit vise à ce que chaque élève puisse vivre, au moins une fois durant son parcours scolaire dans l’établissement, une situation de mobilité internationale, ou pour le moins de participation à un projet hors frontières.

Au-delà, ce projet a fait naître de belles relations personnelles qui semblent perdurer, des familles qui continuent à communiquer et même pour certains à se rencontrer, des enfants qui sont amis et conscients d’être devenus des citoyens du monde. De nombreux élèves sont en effet revenus avec l’envie de retourner sur place plus tard pour y effectuer un service civique volontaire en matière d’écologie, d’aide à la scolarisation des enfants des rues ou autres idées solidaires. Une association des anciens de l’Inde a été créée au sein de l’établissement pour garder le contact.

Petit retour en arrière

PNG
"Dimanche 5 avril, 4 heures du matin dans une aube brumeuse, sortie de l’aéroport de Delhi. Retrouvailles chaleureuses entre les jeunes Français et leurs correspondants indiens [... ]. D’emblée, on sent, on voit que les familles ont pleinement adopté leur invité […]

Des nouvelles de l’IndeLe lendemain, découverte du collège Dwarka et ses 3000 élèves en uniforme blanc. Réception, colliers de fleurs, discours de bienvenue... Nous plongeons par 30° à l’ombre dans un monde nouveau où se mêlent culture indienne, mémoire britannique et modernité. Des embouteillages monstres aux vaches sacrées déambulant dans les rues, en passant par la prestigieuse architecture des bâtiments officiels entourés de parcs immenses et les vastes centres commerciaux de la périphérie, Delhi donne à voir sa superbe, sa diversité, sa richesse et sa stature de capitale de la plus grande démocratie du monde. La ville impressionne les élèves partagés entre étonnement, admiration, curiosité, incompréhension. Les jours suivants, avec la découverte des gares de Delhi et d’Agra et leurs foules grouillantes et cosmopolites, la révélation du Taj Mahal, la fréquentation des marchés achèvent de brouiller les repères de nos jeunes.

En fait chacun découvre et s’ouvre au monde à travers ce grand pays ami. Ils prennent conscience de la diversité de l’humanité, s’enthousiasment de ces différences, accompagnés qu’ils sont par la bienveillance des familles qui les accueillent. L’alchimie de ce voyage “initiatique” est d’autant plus réussie qu’elle est vécue au travers du partage et de l’amitié qui lient les jeunes Français(es) et Indien(ne)s souvent porteurs des mêmes passions, des mêmes codes et du même enthousiasme dans l’avenir.

Au cours de la deuxième semaine avec la découverte de la sublime Jaïpur, la préparation commune d’un spectacle de chant et de danse, la vie en groupe dans le train, à l’hôtel lors des visites, cette connivence s’est consolidée et scellée à toujours, ce qui a permis aux jeunes Français une approche privilégiée presque intime de l’Inde, de sa culture, de sa vie sociale et de son dynamisme économique et commercial.

Des nouvelles de l’IndeLes adieux ont été longs, pleurés et presque déchirants mais ils auront des lendemains et des surlendemains heureux. De fait l’ouverture d’échanges scolaires avec le grand international et des pays d’avenir tels que l’Inde est un des moteurs les plus puissants de la construction d’un futur plus intelligent, harmonieux et généreux, qui sera co-porté par des générations de jeunes pour lesquels le monde sera devenu un Village"

Extrait des Nouvelles de L’Inde, revue diplomatique numéro 417 septembre-octobre 2014. (Pages 52 et 53).

En savoir plus sur : http://www.ac-besancon.fr/spip.php?article5366#5366